Nouvelles familles: 40 ans qu’on échoue à prouver leur nocivité

Voici un article très intéressant sur les nouvelles familles, certes pas très récent (mai 2015), rédigé à partir du livre de Susan Golombock « Modern families » (Cambridge University Press, novembre 2015). Article à lire sur le site gynger.fr.

En voici un extrait:
Bien que les enfants dans les familles formées par des lesbiennes, des gays, des mères seules (par choix) ou par le recours à l’AMP sont indistinguables des enfants des familles traditionnelles en terme de bien-être psychologiques, il existe des différences de qualité de la parentalité entre ces famillesContrairement aux attentes, ces différences reflètent généralement un niveau de qualité plus élevé plutôt que plus faible chez les nouvelles familles. L’explication la plus plausible pour ces résultats inattendus résident dans la très forte motivation dont ces personnes ont dû faire preuve pour avoir leurs enfants.
Susan Golombock

Merci à September pour ce partage.

Publicités

2 réflexions sur “Nouvelles familles: 40 ans qu’on échoue à prouver leur nocivité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s