Cynthia Fleury s’adresse aux « mères désenfantées »

Voici une carte blanche de Cynthia Fleury que je souhaite partager avec vous.

 

Qui est Cynthia Fleury? La réponse ici.

Publicités

La fausse couche est derrière moi (enfin j’espère)

Merci à toutes pour vos messages de soutien. La semaine dernière a été longue, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ma fille a été malade (rien de grave, une belle rhino) et je l’ai gardée à la maison, tout en essayant de joindre désespérément le Dr D. pour savoir comment gérer l’étape suivante. Sans réponse de sa part (jusqu’à vendredi!), j’ai décidé d’arrêter mon traitement le mardi soir (c’était le lendemain de l’écho) et de joindre le Pr P., mon gynéco obstétricien ici dans la ville rose, pour avoir ses conseils. Il m’a proposé d’attendre quelques jours (en espérant l’expulsion « naturelle ») et de venir le consulter aux urgences le dimanche car il y serait de garde.

J’ai un peu saigné mercredi matin, alors j’ai préféré ne pas aller à l’école, mais cela s’est arrêté de suite. Idem dimanche matin. Nous nous sommes donc rendus aux urgences hier midi. Le Pr P. m’a fait une nouvelle écho qui a bien confirmé l’arrêt de la grossesse (sac gestationnel toujours vide). Il m’a donc prescrit le cyt*tec et m’a dit que je pouvais attendre le lendemain, cad aujourd’hui lundi. Je n’avais pas envie de le prendre, mais alors pas du tout du tout… Je trouvais que c’était un peu tôt et puis supporter la douleur des contractions d’un accouchement pour expulser un sac vide, ça ne me disait rien du tout (j’avais lu que c’était assez violent avec le cyt*tec). Je me suis dit que la nuit porterait conseil et que j’aviserai ce matin. Je n’en ai pas eu besoin. Les contractions se sont déclenchées naturellement hier soir, très douloureuses (la spasf*n est resté sans effet et je n’avais rien d’autre). Cela a duré jusqu’à presque minuit et j’ai perdu énormément de sang. Je suis épuisée, mais je me repose à la maison, le Pr P. m’ayant arrêtée pour 48h.

Je saigne encore, mais je pense que le plus gros est passé et j’espère que la FC est maintenant derrière moi. J’ai une écho de contrôle lundi prochain à midi.
Tout cela donne à réfléchir pour la suite en tout cas; je n’avais jamais vécu de FC et je n’ai pas vraiment envie d’en revivre une. Quand je pense que certaines d’entre vous en ont vécu plusieurs, voire même à répétition… je comprends mieux ce que c’est maintenant et j’ai encore plus d’empathie pour vous toutes.

Comme je le disais dans mon article précédent, il nous reste un dernier embryon vitrifié. Allons-nous aller le chercher celui-là? Je ne sais pas, je ne sais plus… Je vais déjà envoyer un mél à la clinique pour connaître la qualité de ce dernier, pour savoir s’il a réellement ses chances ou pas… Puis reprendre éventuellement un nouveau rendez-vous avec le Dr D.

Game over

Les nouvelles sont mauvaises. C’était trop beau pour être vrai cette étincelle de vie dans le chaos de la mienne…

L’écho de ce soir (à 7SA) a montré un sac gestationnel vide, l’embryon a donc arrêté son développement. Quand? Pourquoi? On ne le saura jamais. Par contre, cela expliquerait peut-être l’évolution farfelue de mes taux de bHCG.

Nous sommes déçus et tristes, mais comme je l’ai dit à la gynécologue échographe, nous avons déjà l’immense chance d’avoir notre fille, alors tout est relatif.

Il nous reste un dernier embryon vitrifié, one shot! Mais en attendant d’envisager un nouveau départ, il va falloir gérer cette fausse couche. J’y avais réchappé pendant tout mon parcours PMA, voyons voir cette nouveauté…

Bonne nuit à toutes et à tous.

Zébulette est née !

Zébulette est entrée en scène le jeudi 30 juin à 4h12 avec 15 jours d’avance.
Elle mesure 48 cm et pèse 3,220 kg (loin de l’estimation faite à la dernière écho !).
On est très heureux, c’est absolument magique.

Elle ne ressemble pas à son papa comme je l’avais imaginé, mais c’est ELLE et elle est magnifique, on l’aime déjà si fort.

L’accouchement a été long, compliqué et à l’opposé de mes projections : il a duré un peu plus de 24h entre la rupture de la poche des eaux et la naissance. 10h de contractions très douloureuses mais inefficaces avant que je demande finalement la péridurale (c’était accepter ça ou me jeter par la fenêtre), un col qui ne s’est jamais ouvert (pourquoi? on ne sait pas) et une décision finale de césarienne.
Submergée d’émotions quand on l’a sortie de mon ventre, j’ai cru que je ne m’arrêterai plus de pleurer.

A mes copinautes toujours sur le quai, je vous souhaite à toutes le même bonheur.

J-3 semaines avant la dpa (Grossesse)

Déjà 253 jours passés, plus que 21 jours restants…

Lundi, nous avions nos deux derniers rdv avant le jour J : une écho de contrôle (qui était très émouvante car c’était la dernière) et le rdv du 9ème mois à la maternité. Zébulette va bien, son petit coeur ne présente toujours aucune anomalie et de mon côté, ça va aussi. Je ne suis apparemment pas sur le point d’accoucher selon le gynéco (col bien haut et fermé), pourtant nous, nous sommes prêts ! Après une fausse alerte, nous avons eu un petit coup de flippe le week-end dernier et depuis, la valise est bouclée et la chambre fin prête ! La chaleur commence à me faire souffrir, mais ce n’est pas plus mal si Zébulette reste ma locataire pendant quelques temps et grossit encore un peu (son poids était estimé à 2,5kg lundi).

La mauvaise nouvelle est que le gynéco nous refuse la salle physio pour l’accouchement et que cela nous a bien déçus. Il ne se rappelait plus qu’on lui en avait déjà parlé le mois dernier (il nous avait dit en mai qu’il était « moyennement motivé » et qu’on en reparlerait). Comme l’autre fois, avant qu’on l’évoque, il nous parlait d’un bon pronostic pour un accouchement par voie basse « qui devrait bien se passer » et, une fois le sujet de la salle nature lancé, il nous rappelait gentiment mon âge, la fiv et mes anticorps… A part les risques de pré-éclampsie majorés par l’âge, je ne vois toujours pas à quoi il pense, ce n’est pas clair… Il dit vouloir surveiller le bébé avec le monitoring en continu et ce n’est apparemment pas possible dans cette salle. Moi qui rêvais d’un accouchement « naturel », sans péridurale, je vais être scotchée à mon lit avec ce monito et je ne sais pas comment je vais pouvoir gérer la douleur si je n’ai pas accès à la baignoire, si je ne peux pas me lever, me mettre dans la position que je sens le mieux, marcher comme j’en ai envie…
Nous avons finalement un dernier rdv le 11 juillet avec lui, si rien ne se passe avant. Nous remettrons la question sur le tapis. En attendant, il a simplement noté sur notre dossier « Le couple souhaite un accouchement le moins médicalisé possible. » A suivre…

Pour finir sur une note plus rigolote et puisque nous avons Mishqui et moi la même dpa (le 15 juillet), qui de nous deux va accoucher en premier d’après vous ?

PS: j’ai fait de nouveaux achats et j’ai donc d’autres tuyaux à partager, j’écrirai donc bientôt un nouvel article « J’essaie d’être une consommatrice responsable (2) ».

 

 

J’essaie d’être une consommatrice responsable (Grossesse)

Je vous en avais déjà parlé, je suis accro au bio et au « made in France » depuis quelque temps et de plus en plus… Mon but: consommer moins et acheter des produits de qualité et locaux, dont la fabrication et le transport ont le moins d’impact sur l’environnement.
On faisait déjà attention à notre alimentation avant, mais la PMA a accentué ce phénomène. Souhaitant mettre toutes les chances de notre côté pour les fiv, on s’est mis à manger sain, équilibré et bio de préférence. Il est vrai que nous avons de la chance: dans la ville rose, il y a, chaque semaine, 3 marchés de producteurs locaux bio !
Nous avons ensuite élargi cette consommation bio aux produits d’hygiène et de soin (cf. la mauvaise influence des perturbateurs endocriniens sur la fertilité) ainsi qu’aux produits d’entretien écologiques (lessive, nettoyants pour les sols, la vaisselle, etc). Jusque là, rien de plus simple.

Depuis que Zébulette est entrée dans notre vie (je devrais dire « dans mon ventre »), cela se complique car on essaie de « consommer responsable » au maximum: recycler (on nous prête pas mal de choses), acheter d’occasion (merci lebonc*in!), ou acheter neuf en faisant très attention à ce qu’on achète. Concernant ces achats en neuf, autant c’était assez facile pour les produits alimentaires ou ménagers, autant c’est très compliqué pour les vêtements, meubles et articles de puériculture.

J’ai fait de nombreuses recherches sur le net et, comme promis, je partage mes trouvailles avec vous. Je précise que je n’ai aucun lien avec les marques que je vais citer, ce billet n’est pas sponsorisé ! J’ai privilégié au maximum les marques françaises (puis européennes), mais il n’y en a pas pour tout et attention, certains produits conçus en France sont parfois fabriqués à l’étranger, souvent en Chine. On ne sait pas dans quelles conditions et aïe aïe aïe l’empreinte carbone !

1/ le lit de Zébulette: un lit « durable » car évolutif, de la naissance jusqu’à 8-9 ans, acheté d’occasion, marque danoise Le*nder (produits conçus dans des matériaux naturels choisis pour leur longévité et selon un processus de production respectueux de l’environnement et de la santé: bois de forêts certifiées FSC, tissus certifiés Oeko-Tex 100).

2/ la table à langer: achetée d’occasion aussi, marque norvégienne St*kke.

3/ le couffin: acheté neuf, marque française C*andide (housse fabriquée en Tunisie, couffin assemblé en France). La blogueuse Marieandpma m’a aussi fait connaître le couffin Wo*lNest de la marque M*kee, de fabrication européenne et aux matériaux naturels, qui a l’air pas mal du tout.

4/ les couches lavables hybrides: de la marque française H*mac (100% fabriqué en France) et, en dépannage, les couches jetables écologiques de la marque française Tido* (ils font un liniment bio aussi, ainsi que des grands carrés de coton bio).

5/ les lingettes lavables et les bavoirs en coton bio : marque suédoise IMSE VIMS* (coton certifié Oeko-Tex 100). Même marque pour les coussinets d’allaitement en coton bio.
Coussin d’allaitement et couverture bébé en pure laine vierge bio: marque allemande Dis*na.

6/ Cape de bain et autres linges en coton bio: marques françaises Zélie et Ch*rles, Lulu N*ture, La Fibre C*line (ateliers de couture situés dans la région toulousaine) et Cocoek* (ils font aussi de très jolis sacs à langer).

7/ Pour les déplacements: écharpes de portage des marques françaises Colimaç*n & Cie ou Né*bulle et poussette ultra compacte Yoy* de la marque provençale Babyz*n (mais malheureusement fabriquée en Chine).

Concernant le commerce électronique, je boycotte depuis quelque temps le géant américain Am*z*n, suite au scandale faisant part des difficiles conditions de travail de ses salariés et aussi du fait qu’il ne paye pas ses impôts en France (grâce à un montage d’optimisation fiscale) et ça ça m’énerve… Quand je ne trouve pas ce que je veux en boutique (magasins en ville), je fais mes courses de puériculture sur brind*lles.fr, une entreprise française engagée dans une démarche écologique et pour le reste, éventuellement sur Cdisc*unt.com, un distributeur français basé à Bordeaux.

Pour finir, si vous avez l’occasion, allez voir le documentaire « Tout s’accélère » réalisé par Gilles Vernet (2016): « Ancien trader, Gilles Vernet a tout laissé tomber pour devenir instituteur. Enseignant dans le 19e arrondissement de Paris, il interroge ses élèves de CM2 sur l’état du monde. Tout va trop vite selon eux : on consomme trop et on n’a pas conscience que les ressources ne sont pas inépuisables. » Je l’ai vu il y a quelques jours, il est vraiment chouette!

Bon week-end à tous!

 

J-50 (Grossesse, 34SA)

Nous sommes déjà à 50 jours de la rencontre (34 SA demain). Je dis déjà, mais je commence à trouver le temps long, nous avons tellement hâte de connaître Zébulette !

Lundi dernier, nous avions une écho de contrôle (surveillance du coeur et de la croissance) et le rdv du 8ème mois à la maternité (avec le rdv anesthésiste). Tout va bien, Zébulette a bien grandi et grossi, elle a pris 600g en 3 semaines et aurait rattrapé son léger retard de croissance, certainement grâce au repos d’après la gynéco échographe (cela fait un mois que je ne travaille plus). Son petit coeur continue de bien se développer aussi. Bien sûr, on recontrôle dans un peu moins d’un mois, ce sera 3 semaines avant le terme. L’anesthésiste a été super, j’avais peur de sa réaction puisque je ne souhaite pas de péridurale. Il nous a expliqué que la péridurale était très utilisée en France (c’est presque 90% des accouchements dans mon CHU), mais que c’était purement culturel. Il nous a cité les pays du nord de l’Europe en exemple: 30% des mamans accouchent à la maison, 30% dans les maisons de naissance et seulement 30% à l’hôpital. A méditer…

Avec tous ces voyants au vert, je pensais qu’on était pratiquement sortis d’affaire, mais c’était trop beau, voilà que le gynéco nous parle d’un possible déclenchement… Il nous a dit qu’on était parfois obligés de déclencher l’accouchement chez certaines femmes ayant une maladie auto-immune comme moi. En effet, ce n’est pas un passage obligé, mais les bébés de ces profils montrent parfois un retard de croissance et ce serait mieux de les faire naître avant terme… Il ne manquerait plus que ça ! On sera fixés au prochain rdv (le 20 juin).

A part ça, j’ai eu le culot de demander la « salle nature » de la maternité pour un accouchement physiologique. Après l’ultra-médicalisation de notre parcours, nous voudrions un accouchement le plus naturel possible. Le gynéco est « moyennement motivé » (je le cite) car cette salle est réservé aux grossesses « zéro risque » dont je ne fais pas partie évidemment. Avant qu’on lui parle de cette salle, il nous disait que je devrais accoucher « facilement » : pour lui, mes anticorps ne doivent pas poser problème au moment de l’accouchement, le fait que ce soit une fiv non plus et mon hypothyroïdie non plus. Mais une fois qu’on a abordé la question, il sourit et me demande: « Vous avez lu la brochure de la salle nature? », me reparle des risques liés à la fiv et à mon âge et rajoute que la salle nature n’est pas équipée pour le monitoring… WTF? Ils n’ont pas de monito sur roulettes dans cet hôpital? J’avais bien d’autres arguments: le bébé est bien placé, la tête en bas et je ne fais pas d’hypertension, ni de diabète gestationnel. Je ne comprends pas trop quels sont ces risques et j’ai donc fait des recherches sur le net concernant l’accouchement pour une grossesse tardive : « Le jour J, le risque d’hémorragie de la délivrance est plus élevé, tout comme le taux d’extraction instrumentale (forceps ou ventouses) ou de césarienne. » Mais si c’est le cas, cette salle est tout près des autres salles de naissance et même du bloc opératoire, alors??? Il m’a même dit: « Avec les contractions, vous serez bien contente de pouvoir demander la péridurale! » (on ne peut pas l’avoir dans la salle physio) et moi de lui répondre: « J’ai subi 6 ponctions ovocytaires sans anesthésie générale, alors les contractions ne me font pas peur… ». J’avoue que j’ai fanfaronné (je sais bien que ça n’a rien à voir), mais ça l’a un peu calmé. C’est le chef de la maternité et je lui fais entièrement confiance, on se soumettra donc à sa décision, mais je suis déçue. Pourtant je l’aime bien ce gynéco, il est agréable, prend le temps et n’expédie pas les consultations, répond aux questions et explique les choses calmement. Alors, comment le convaincre? Et surtout, ai-je tort de vouloir accoucher dans cette salle physio? Bref, on doit en reparler, c’est pas gagné, gagné…

Sinon, il y a quelques temps, j’ai eu un petit passage à vide après avoir lu les sentiments d’une pmette qui a bénéficié d’une fivDO et accouché il y a 2 mois environ. Elle racontait qu’elle avait parfois un pincement au coeur quand elle regardait son bébé, à cause du don. J’imaginais qu’une fois l’enfant né, on ne pensait plus au don et son récit a remué pas mal de choses en moi. J’ai repensé qu’effectivement Zébulette ne partageait pas mon patrimoine génétique (et ne le partagerait jamais) et j’ai jalousé mon mari, son papa. Je me suis dit bêtement qu’il y aurait davantage de complicité entre eux, que je me sentirai peut-être à l’écart… Or, je sais bien que la génétique ne fait pas tout, loin de là. J’en ai parlé avec lui et cette peur a disparu rapidement, mais je sais qu’il y en aura peut-être d’autres. Je vois toujours ma psy, j’en reparlerai aussi avec elle.

Enfin, en poursuivant les achats pour Zébulette, je me rends compte que je deviens de plus en plus radicale concernant notre consommation que je souhaite locale et bio. C’était déjà le cas au niveau alimentation et produits d’hygiène et d’entretien, mais maintenant cela se généralise à tout le reste: vêtements, meubles, accessoires de puériculture, etc. Mais qu’est-ce que je galère pour trouver des produits « 100% made in France »! Eh bien oui, je n’ai pas envie que notre fille s’amuse avec des jouets fabriqués par des enfants ou par des salariés qui travaillent dans des conditions terribles (on ne connait pas toujours les conditions de travail dans les autres pays). Et puis, à quoi cela servirait d’acheter bio si le produit vient de l’autre côté du monde? En dehors de la qualité du produit pour le consommateur, il y a les conséquences de la fabrication sur le planète et l’empreinte carbone à considérer, non? Vous devez me trouver dingue… En tout cas, j’ai fait quelques belles trouvailles en passant beaucoup de temps sur le net (ça c’est pas très écolo) et il faudra que j’écrive un article à ce sujet.