Ça Bamp aussi à Toulouse !

Pour cette première édition 2017, retrouvez Perrine pour une rencontre toulousaine qui se tiendra le vendredi 10 février entre 18h et 21h Venez échanger sur l’infertilité avec d’autres couples ! Bientôt aussi à Toulouse une exposition, on vous en dira plus bientôt ! Pour vous inscrire : collectifbamp31@gmail.com

via Ça BAMP aussi à TOULOUSE ! — Association de patients de l’AMP et de personnes infertiles.

Zébulette a eu six mois (99% milk)


Cet article a été écrit en plusieurs fois, d’où le bug d’hier. Depuis que je suis maman, je ne poste presque plus, parce que j’en ressens certainement moins le besoin, par manque de temps, mais par pudeur aussi. Je me suis posée la question de fermer ce blog et d’en rouvrir un autre 100% milk, mais je souhaite encore parler du don d’ovocytes. Il me semble finalement que ce sujet a encore toute sa place ici, même si je suis maman désormais. Et si le témoignage de mon parcours pouvait servir à d’autres personnes « infertiles », mon voeu serait exaucé.
Je continue de vous lire, je vous écris parfois un petit message de soutien et je pense souvent à vous. Il y a encore trop de couples sur le quai…

Difficile de résumer cinq mois en un article, ce sera donc un peu décousu.
Zébulette est un bébé très souriant, curieux de tout et assez zen dans l’ensemble. Elle a eu six mois fin décembre. Une demi-année, déjà. Nous sommes toujours très heureux et nous allons bien, malgré un petit épisode grippal début janvier pour mon mari et moi. Zébulette y a échappé, certainement grâce aux anticorps présents dans mon lait. Vous l’aurez compris, je l’allaite toujours et j’espère pouvoir le faire le plus longtemps possible (non, pas jusqu’à ses 7 ans hein !). L’allaitement fait partie des choses positives venant de la PMA. Avant notre difficile parcours, je ne souhaitais pas allaiter, peut-être à cause de mon rapport au corps un peu particulier. Mais, durant cette longue attente et ces épreuves traversées, j’ai changé d’avis et je ne le regrette pas, bien au contraire. L’allaitement n’est pas toujours un long fleuve tranquille et on ne nous aide pas vraiment pour ça, mais c’est une très belle aventure. Comme le dit la sage-femme conseillère en lactation qui m’a bien aidée, c’est comme un jardin: il faut que la terre soit bonne, mais aussi que le jardinier travaille beaucoup. Bon, c’est une jolie métaphore, pas très claire pour autant. Sans rentrer dans les détails, il nous a fallu environ deux mois pour que ça « roule ». Je suis passée par des moments difficiles et des phases de découragement (crevasses, lactation insuffisante, puis engorgements), je me suis accrochée malgré les mauvaises recommandations de certains médecins et les soi-disant conseils de l’entourage : « Il faut complémenter avec du lait artificiel, votre fille ne prend pas assez de poids » ou bien « Mais passe au bib ! C’est plus simple ! ». Bref, futures mamans qui me lisez, si l’allaitement est votre choix, il faut savoir que cela peut être compliqué, mais il faut persévérer car une fois en place, ce n’est que du bonheur !

Depuis une dizaine de jours, nous avons commencé la diversification alimentaire, en tentant la DME (Diversification Menée par l’Enfant). C’est une alimentation autonome, cad qu’on ne donne pas de purées, mais de gros morceaux dès le début pour que l’enfant se nourrisse par lui-même; c’est la suite logique de l’allaitement à la demande (il choisit parmi plusieurs aliments proposés et gère la quantité). Si cela vous intéresse, cette méthode est très bien expliquée sur le site bougribouillons.fr. Je vous mets aussi mes deux sites de référence au bas de mon article. Pour l’instant, ce n’est pas évident, Zébulette mange très peu en quantité, c’est un carnage dans la cuisine (à défaut de cochon domestique ou de chien, notre meilleur ami est l’aspirateur) et il faut prendre sur soi pour ne pas paniquer lors des réflexes de régurgitation. A voir comment cela évolue, si on continue ou pas…

Ce qui est le plus difficile dans notre nouvelle vie à trois, c’est le manque de sommeil, ou plutôt les nuits hachées. Non, Zébulette « ne fait pas ses nuits ». Elle tète à la demande, toutes les 3h environ, de jour comme de nuit. C’est même plutôt toutes les 2h la nuit en ce moment (en lien avec la diversification?). A-t-elle vraiment faim? Est-elle en manque de câlins la nuit? Je ne sais pas. Nous avons essayé plein de choses, rien n’y fait, alors je prends mon mal en patience (je n’ai pas encore repris le travail, ça aide), un jour peut-être… Là aussi, on nous donne plein de conseils: par exemple, la laisser pleurer pour qu’elle « comprenne », qu’elle comprenne quoi, je me le demande. Zébulette dort toujours avec nous, c’est bien pratique pour les tétées de nuit et je ne suis pas encore prête à la mettre dans sa chambre. Pour info, l’OMS recommande de partager la chambre avec bébé pendant six mois pour limiter les risques de MSN (Mort Subite du Nourrisson). Nous avons quand-même bien progressé: au départ, Zébulette dormait entre nous (nous avons un très grand lit!) et depuis ses quatre mois, elle dort dans son petit lit accolé au nôtre (le papa a enlevé les barreaux d’un côté pour permettre ce cododo). Nous lui avons donné de « mauvaises habitudes », voilà ce que j’entends parfois, je n’y crois pas une seconde. D’ailleurs, il y a un article très intéressant sur le sommeil des bébés sur le site d’une chouette maman: happynaiss.com (maternage et parentalité positive).

En parlant de maternage, nous sommes mon mari et moi de vrais maman et papa poules. Nous portons Zébulette avec plaisir (nous avons deux écharpes de portage, un sling et un Mei Tai), nous la massons régulièrement après le bain, nous avons définitivement adopté les couches lavables de la marque française Ham*c, nous commençons à signer pour pouvoir communiquer plus facilement avec Zébulette avant qu’elle ne parle (nous avons appris le basico-basique en langue des signes pour l’instant : dormir, téter, changer la couche, caca, pipi, se promener, je t’aime, etc.), nous avons aménagé un coin d’activités Montessori pour elle dans le salon…
Il y a toutes ces choses dont je suis fière, mais je me sens bien nulle aussi parfois. Je ne décode pas toujours ses pleurs: à six mois passés, c’est quand même un comble de ne pas reconnaître la faim, la couche sale ou la douleur, alors, en mère « je fais ce que je peux », je procède simplement par élimination. Mme T. a écrit un très joli article à ce sujet sur son blog ici.
Je ne suis pas fière non plus de mes moments de « craquage » (la nuit par exemple), des moments où je suis sur l’ordi au lieu de m’occuper d’elle (là par exemple), des rares jours où je ne sors pas avec elle (parce qu’il fait trop froid par exemple, ce qui est une mauvaise excuse), and so on.

Inutile de vous dire que je doute encore parfois de la réalité de Zébulette, que je l’aime toujours autant et que je ne cesse de le lui dire et de la papouiller toute la journée. J’en profite, viendra un moment où elle me dira « Arrête maman, tu m’énerves avec tes bisous! ».
Concernant le don, je ne peux pas dire que je n’y pense plus du tout. J’ai parfois un petit pincement au coeur quand on nous dit pour la énième fois que c’est le portrait craché de son père et qu’elle ne me ressemble pas. Comme elle n’a rien « de moi » (génétiquement parlant), j’espérais qu’elle ait quelque chose « comme moi », la couleur de mes yeux par exemple. Mais c’est raté, ils sont en train de changer, ils prennent la couleur de ceux de… devinez qui? Son papa! Elle en a de la chance, il est beau son papa! La couleur de ses cheveux est proche de la mienne par contre, voilà un petit point commun!
Je pense aussi parfois au moment où, à l’adolescence, elle me dira peut-être: « T’es pas ma mère! ». Oui, j’ai peur qu’elle me rejette un jour… Bon, on a un peu de temps devant nous pour affronter ça…

Il y aurait tant d’autres choses à dire sur Zébulette…
Portez-vous bien et… Vive le don !!!

 

Sites de référence pour la DME:
https://bebemangeseul.com/
http://www.diversificationalimentaire.com/

 

 

 

Lettre à ma fille

Samedi dernier, tu as eu un mois, un mois pour toi, trente jours de pur bonheur pour nous.
Un mois que tu as bouleversé nos vies, un mois que nous nous réveillons à tes côtés avec un grand sourire, un mois que nous nous posons mille questions pour te donner le meilleur.
Nous apprenons tous les jours avec toi, le métier de maman/papa n’est pas toujours facile, nous sommes fatigués, mais nous sommes les parents les plus heureux de la Terre.

Six ans déjà que nous t’attendions. Il y a quelques jours, j’ai réalisé que si tu étais arrivée tout de suite, tu ferais ta rentrée en CP en septembre prochain, peut-être dans mon école, peut-être même dans ma classe, je ne sais pas. J’ai moi-même eu ta grand-mère comme maîtresse de CP…
Mais si c’était le cas, nous aurions eu un autre enfant, que nous aurions aimé tout autant, mais qui n’aurait pas été TOI. Alors, chaque jour depuis ta naissance, je mesure notre chance et je remercie la PMA de nous avoir menés jusqu’à toi. C’est finalement grâce à ce long et difficile parcours, grâce à tous nos échecs de FIV classiques que tu es là.

Et dire qu’au début de notre parcours je ne voulais pas entendre parler du don ! Mais c’est grâce à cette donneuse anonyme et à son petit oeuf que nous te portons dans nos bras. Nous ne la remercierons jamais assez.
Quand tu me connaitras un peu mieux, tu comprendras à quel point je suis attachée à ma famille, qui est aussi la tienne maintenant et combien j’ai eu du mal à renoncer à mon patrimoine génétique. Pendant longtemps, j’ai trainé des angoisses liées à ce don, même après avoir fait ce choix avec ton papa et même quand tu grandissais dans mon ventre. J’avais peur de ne pas t’aimer suffisamment, pas autant que mes neveux, tes cousins. J’avais peur de ne pas te trouver assez jolie, de ne pas aimer ton odeur. Foutaises ! Ces peurs se sont effacées à l’instant même de ta naissance, au moment où on t’a présentée à moi. Je n’oublierai jamais cette rencontre : tu t’es arrêtée de pleurer quelques secondes, tu m’as regardée dans les yeux et tu t’es remise à pleurer ensuite. On t’a emmenée pour les premiers soins et moi je n’arrivais pas à m’arrêter de pleurer, j’évacuais un trop plein d’émotions…

Les peurs se sont envolées, mais je n’oublie pas et n’oublierai jamais ce don. Il fait partie de ton histoire, de notre histoire et on nous le rappelle régulièrement. On me dit : « Tu m’envoies une photo stp ? Je veux voir combien cette petite fille ressemble à sa maman ! », ou bien « Elle te ressemble, c’est un truc de fou ! ». A l’inverse, ta grand-mère maternelle, ma maman, qui est pourtant au courant de tout, me dit : « Ah mince, elle a hérité de (…) de nous ! ». Je ne sais pas si elle n’a pas bien compris le principe du don, si elle l’a déjà oublié, ou si elle fait semblant. Peu importe la raison, je souris et ne relève pas.

Alors, non, nous ne partageons pas de gènes communs toi et moi, mais ça m’est bien égal; au contraire, je ne voudrais pour rien au monde que tu sois quelqu’un d’autre que toi.
J’aime tes jolis yeux en amande, tes joues bien rondes, ton nez minuscule, tes lèvres si fines et ton petit menton;
J’aime enfouir mon nez dans tes petits cheveux pour m’enivrer de ton odeur;J’aime quand tu serres mon doigt dans ta petite main;
J’aime quand tu me regardes pendant la tétée ou quand tu t’endors sur mon sein;
J’aime quand tu souris « aux anges »;
J’aime quand tu pousses de petits cris, même si je ne les décode pas;
J’aime lire le bonheur de ton papa sur son visage quand il te regarde;
J’aime quand tu t’agites, quand tu pédales ou quand tu tapes du pied comme Pan-Pan le lapin .

Tu es toi et tu es mon amour, le plus grand de ma vie.
Vive le don !

 

Je profite de cet article pour vous remercier chaleureusement pour tous vos gentils messages à la naissance de Zébulette. Je n’ai pas eu le temps de vous répondre, je ne sais pas pourquoi ;-), mais le coeur y est ! De la même façon, je ne suis plus très présente sur la blogo en ce moment et je commente très peu, mais je vous lis et continue de suivre vos aventures pmesques… Portez-vous bien !

 

Zébulette est née !

Zébulette est entrée en scène le jeudi 30 juin à 4h12 avec 15 jours d’avance.
Elle mesure 48 cm et pèse 3,220 kg (loin de l’estimation faite à la dernière écho !).
On est très heureux, c’est absolument magique.

Elle ne ressemble pas à son papa comme je l’avais imaginé, mais c’est ELLE et elle est magnifique, on l’aime déjà si fort.

L’accouchement a été long, compliqué et à l’opposé de mes projections : il a duré un peu plus de 24h entre la rupture de la poche des eaux et la naissance. 10h de contractions très douloureuses mais inefficaces avant que je demande finalement la péridurale (c’était accepter ça ou me jeter par la fenêtre), un col qui ne s’est jamais ouvert (pourquoi? on ne sait pas) et une décision finale de césarienne.
Submergée d’émotions quand on l’a sortie de mon ventre, j’ai cru que je ne m’arrêterai plus de pleurer.

A mes copinautes toujours sur le quai, je vous souhaite à toutes le même bonheur.

J-3 semaines avant la dpa (Grossesse)

Déjà 253 jours passés, plus que 21 jours restants…

Lundi, nous avions nos deux derniers rdv avant le jour J : une écho de contrôle (qui était très émouvante car c’était la dernière) et le rdv du 9ème mois à la maternité. Zébulette va bien, son petit coeur ne présente toujours aucune anomalie et de mon côté, ça va aussi. Je ne suis apparemment pas sur le point d’accoucher selon le gynéco (col bien haut et fermé), pourtant nous, nous sommes prêts ! Après une fausse alerte, nous avons eu un petit coup de flippe le week-end dernier et depuis, la valise est bouclée et la chambre fin prête ! La chaleur commence à me faire souffrir, mais ce n’est pas plus mal si Zébulette reste ma locataire pendant quelques temps et grossit encore un peu (son poids était estimé à 2,5kg lundi).

La mauvaise nouvelle est que le gynéco nous refuse la salle physio pour l’accouchement et que cela nous a bien déçus. Il ne se rappelait plus qu’on lui en avait déjà parlé le mois dernier (il nous avait dit en mai qu’il était « moyennement motivé » et qu’on en reparlerait). Comme l’autre fois, avant qu’on l’évoque, il nous parlait d’un bon pronostic pour un accouchement par voie basse « qui devrait bien se passer » et, une fois le sujet de la salle nature lancé, il nous rappelait gentiment mon âge, la fiv et mes anticorps… A part les risques de pré-éclampsie majorés par l’âge, je ne vois toujours pas à quoi il pense, ce n’est pas clair… Il dit vouloir surveiller le bébé avec le monitoring en continu et ce n’est apparemment pas possible dans cette salle. Moi qui rêvais d’un accouchement « naturel », sans péridurale, je vais être scotchée à mon lit avec ce monito et je ne sais pas comment je vais pouvoir gérer la douleur si je n’ai pas accès à la baignoire, si je ne peux pas me lever, me mettre dans la position que je sens le mieux, marcher comme j’en ai envie…
Nous avons finalement un dernier rdv le 11 juillet avec lui, si rien ne se passe avant. Nous remettrons la question sur le tapis. En attendant, il a simplement noté sur notre dossier « Le couple souhaite un accouchement le moins médicalisé possible. » A suivre…

Pour finir sur une note plus rigolote et puisque nous avons Mishqui et moi la même dpa (le 15 juillet), qui de nous deux va accoucher en premier d’après vous ?

PS: j’ai fait de nouveaux achats et j’ai donc d’autres tuyaux à partager, j’écrirai donc bientôt un nouvel article « J’essaie d’être une consommatrice responsable (2) ».

 

 

J’essaie d’être une consommatrice responsable (Grossesse)

Je vous en avais déjà parlé, je suis accro au bio et au « made in France » depuis quelque temps et de plus en plus… Mon but: consommer moins et acheter des produits de qualité et locaux, dont la fabrication et le transport ont le moins d’impact sur l’environnement.
On faisait déjà attention à notre alimentation avant, mais la PMA a accentué ce phénomène. Souhaitant mettre toutes les chances de notre côté pour les fiv, on s’est mis à manger sain, équilibré et bio de préférence. Il est vrai que nous avons de la chance: dans la ville rose, il y a, chaque semaine, 3 marchés de producteurs locaux bio !
Nous avons ensuite élargi cette consommation bio aux produits d’hygiène et de soin (cf. la mauvaise influence des perturbateurs endocriniens sur la fertilité) ainsi qu’aux produits d’entretien écologiques (lessive, nettoyants pour les sols, la vaisselle, etc). Jusque là, rien de plus simple.

Depuis que Zébulette est entrée dans notre vie (je devrais dire « dans mon ventre »), cela se complique car on essaie de « consommer responsable » au maximum: recycler (on nous prête pas mal de choses), acheter d’occasion (merci lebonc*in!), ou acheter neuf en faisant très attention à ce qu’on achète. Concernant ces achats en neuf, autant c’était assez facile pour les produits alimentaires ou ménagers, autant c’est très compliqué pour les vêtements, meubles et articles de puériculture.

J’ai fait de nombreuses recherches sur le net et, comme promis, je partage mes trouvailles avec vous. Je précise que je n’ai aucun lien avec les marques que je vais citer, ce billet n’est pas sponsorisé ! J’ai privilégié au maximum les marques françaises (puis européennes), mais il n’y en a pas pour tout et attention, certains produits conçus en France sont parfois fabriqués à l’étranger, souvent en Chine. On ne sait pas dans quelles conditions et aïe aïe aïe l’empreinte carbone !

1/ le lit de Zébulette: un lit « durable » car évolutif, de la naissance jusqu’à 8-9 ans, acheté d’occasion, marque danoise Le*nder (produits conçus dans des matériaux naturels choisis pour leur longévité et selon un processus de production respectueux de l’environnement et de la santé: bois de forêts certifiées FSC, tissus certifiés Oeko-Tex 100).

2/ la table à langer: achetée d’occasion aussi, marque norvégienne St*kke.

3/ le couffin: acheté neuf, marque française C*andide (housse fabriquée en Tunisie, couffin assemblé en France). La blogueuse Marieandpma m’a aussi fait connaître le couffin Wo*lNest de la marque M*kee, de fabrication européenne et aux matériaux naturels, qui a l’air pas mal du tout.

4/ les couches lavables hybrides: de la marque française H*mac (100% fabriqué en France) et, en dépannage, les couches jetables écologiques de la marque française Tido* (ils font un liniment bio aussi, ainsi que des grands carrés de coton bio).

5/ les lingettes lavables et les bavoirs en coton bio : marque suédoise IMSE VIMS* (coton certifié Oeko-Tex 100). Même marque pour les coussinets d’allaitement en coton bio.
Coussin d’allaitement et couverture bébé en pure laine vierge bio: marque allemande Dis*na.

6/ Cape de bain et autres linges en coton bio: marques françaises Zélie et Ch*rles, Lulu N*ture, La Fibre C*line (ateliers de couture situés dans la région toulousaine) et Cocoek* (ils font aussi de très jolis sacs à langer).

7/ Pour les déplacements: écharpes de portage des marques françaises Colimaç*n & Cie ou Né*bulle et poussette ultra compacte Yoy* de la marque provençale Babyz*n (mais malheureusement fabriquée en Chine).

Concernant le commerce électronique, je boycotte depuis quelque temps le géant américain Am*z*n, suite au scandale faisant part des difficiles conditions de travail de ses salariés et aussi du fait qu’il ne paye pas ses impôts en France (grâce à un montage d’optimisation fiscale) et ça ça m’énerve… Quand je ne trouve pas ce que je veux en boutique (magasins en ville), je fais mes courses de puériculture sur brind*lles.fr, une entreprise française engagée dans une démarche écologique et pour le reste, éventuellement sur Cdisc*unt.com, un distributeur français basé à Bordeaux.

Pour finir, si vous avez l’occasion, allez voir le documentaire « Tout s’accélère » réalisé par Gilles Vernet (2016): « Ancien trader, Gilles Vernet a tout laissé tomber pour devenir instituteur. Enseignant dans le 19e arrondissement de Paris, il interroge ses élèves de CM2 sur l’état du monde. Tout va trop vite selon eux : on consomme trop et on n’a pas conscience que les ressources ne sont pas inépuisables. » Je l’ai vu il y a quelques jours, il est vraiment chouette!

Bon week-end à tous!